Planétarium Rio Tinto Alcan

Photos of Rio Tinto Alcan Planetarium, Montreal
Source: Trip Advisor

 

Mi-septembre. On nous annonce de la pluie, mais outre une petite brise sous les nuages, la température n’est ni trop froide, ni trop chaude. Température incertaine somme toute parfaite pour un samedi après-midi au nouveau Planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal, situé en face du Biodôme et du Stade Olympique.

 

Nous avions donc donné rendez-vous à mon père et sa conjointe directement au Planétarium à 13h30 afin d’acheter les billets de la représentation de 14h. À leur arrivée, mon père nous appelle (oui, vous l’avez compris, nous étions en retard!) pour nous annoncer que la représentation de 14h est complète. La prochaine en français est à 15h30. J’avais pourtant lu que les représentations en français étaient aux demi-heures ?!

 

 

Source : espacepourlavie.ca

 

Après re-vérification, le site porte un peu à confusion (bon, j’aurais pu être plus alerte et noter qu’il y a deux représentations anglaises de suite, soit 14h30 et 15h, et déduire qu’il n’y a sûrement pas 2 salles, soit 1 française, 1 anglaise… Bon cette réflexion n’a pas eu lieu, j’ai vu français aux 30 minutes, donc, bing bang, on cédule, check, done, on passe à autre chose !).

 

Nous sommes en retard donc, étant parti trop tard et n’ayant pas prévu non plus qu’un match d’Impact avait lieu à la même heure tout juste à côté au Stade Saputo. Mais ce n’est plus très grave (excuse-moi, Papa!), car mon père a acheté nos billets pour 15h30. Mon Amour débarque donc toute la marmaille en face du stade, soit ma Cocotte de 10 ans, mon Coco de 5 ans, ma Coucounette de 21 mois*, maman et poussette et part se stationner. Il trouvera place sur la rue en face du stade, à environ 3 blocs. Pas si mal ! On se dépêche pour éviter de faire attendre les grands-parents !

 

Nous avons donc 1h30 à tuer en attendant la 1ère représentation. Tiens, le funiculaire est ouvert ! Est-ce qu’on a le temps ? “C’est 45 minutes, départ à toutes les 10 minutes”, qu’on nous répond. Super ! Euh… c’est combien ? $37.50 pour famille pour famille de 2 adultes, 3 enfants. Mon père dit avoir sauvé près de la moitié du tarif grâce à sa carte CAA ! Pas mal, pas mal ! [J’insérerai un lien ici pour ma revue du funiculaire lorsqu’elle sera prête.]

 

Tout d’abord, pour compenser l’allure centrale nucléaire de l’extérieur, l’intérieur du Planétarium est magnifique. Le bois courbé sur les murs en sphère rappelle un peu la nouvelle salle de l’OSM. Les lumières au plancher apporte une belle ambiance (attention aux enfants par contre qui peuvent en retirer la petite vitre !).

 

Première représentation – Continuum:  La salle est ronde et le plafond est en fait un écran demi-sphère se rendant jusqu’au sol. On note 3-4 trous dans l’écran pour les projecteurs. On peut soit s’étendre sur de gros “bean bags” au milieu ou s’asseoir sur des Adirondack entourant la pièce. Les hommes, Maman et Coucounette s’assoient sur les Adirondacks, parfait pour quitter si Coucounette fait des siennes. ** Le film débute en nous situant sous de gros arbres, bercé par des bruits d’oiseaux et ouaouarons. Un gros orage éclate et on nous fait voyager dans l’infiniment grand (l’Espace) à l’infiniment petit (euh, des cellules ?). Aucune narration, donc difficile à suivre, mais si on se laisse aller, l’expérience est palpitante. On se met à rêver de la sensation de se promener librement dans l’Espace (bon, ça c’est quand l’esprit de maman ne vagabonde pas contre son gré à s’assurer que tout est bien planifié pour le souper ensuite… chut… vivre le moment présent, apprécie donc le film !). On finit le voyage au fond de l’eau et on remonte tout doucement sous les arbres du début. Les hommes n’ont pas trop compris et ressortent perplexes. Les femmes par contre ont beaucoup apprécié l’expérience sensorielle et la beauté des images.

 

Entracte : Entre les deux représentations, on peut visiter l’exposition. Il y a aussi une courte animation d’environ 10 minutes à laquelle on peut assister ou pas. On peut aussi se déplacer entre plusieurs tableaux interactifs sur le thème de… l’espace, bien sûr ! Donc, les planètes, leur composition, les météorites, etc. Intéressant, mais malgré l’idée ingénieuse des tableaux interactifs, nous sommes confus lorsque nous réalisons que nous avons accès à plusieurs pages différentes, dont plusieurs que nous avons déjà vus sur d’autres tableaux interactifs.

 

Deuxième représentation – De la Terre aux étoiles : Cette fois, la salle ressemble plus à l’ancien Planétarium Dow où plusieurs rangées de gros fauteuils sont disposés en cercle autour d’une semblant-de-boule-disco-transformée-en-projecteur. Le plafond est aussi un écran demi-sphère, mais s’arrêtant à la hauteur des fauteuils. Le narrateur est présent dans la pièce, ce qui rend l’expérience plus vivante et nous garde probablement plus concentré ! Ses blagues sont déjà planifiées, mais on apprécie quand même ! L’introduction est longue, on peine à contenir Coucounette (et Coco… et même Cocotte!). Finalement, on tamise les lumières et le voyage commence. Enfin, pour la première fois de ma vie, on m’explique comment trouver les différentes constellations (en dehors de la Grande Ourse). On visite ensuite tout notre système solaire, la Voie Lactée et même plus loin encore. C’est le côté éducatif cette fois qui l’emporte, donc tout le monde est servi.

 

En résumé, les enfants ont préféré le premier film sans narration et les hommes ont préféré l’explicatif du deuxième film. L’exposition nous laisse sur notre faim, mais on voit que l’effort est là pour nous faire apprécier. Est-ce assez pour nous donner envie de retourner ? Probablement, mais seulement lorsque d’autres films sortiront. Ramenez-nous Draco (faut être allé à l’ancien Planétarium pour comprendre) !

 

Prix :

Tarif pour les résidents du Québec (voir site espacepourlavie.ca )

  • $42 tx inc. pour famille de 2 adultes et 3 enfants de 5 à 17 ans
  • Gratuit pour les 4 ans et moins
  • Rabais CAA sur les billets individuels
  • Rabais pour détenteur de la Carte Accès Montréal

 

Avec funiculaire :

 

  • $76.50 pour famille de 2 adultes et 3 enfants de 5 à 17 ans
  • On sauve donc $3 en achetant le forfait (et non Planétarium et Funiculaire séparés comme nous)
  • Méga rabais apparemment si carte CAA

 

Modes de paiement :

Argent comptant, Visa, Mastercard, American Express ou carte débit

Durée :

1h30 à 2h (Planétarium seulement)

Public cible :

Adultes

Enfants de 7 ans et +

Les plus :

  • Le côté éducatif pour les enfants
  • Apprendre à trouver les constellations dans le ciel
  • L’ajout de tableaux interactifs qui garde même les petits garçons de 5 ans intéressés.

Les moins :

  • L’intention derrière les tableaux interactifs n’est pas très claire.
  • Une description plus détaillée de Continuum aiderait à apprécier  le film.

Leçons de vie :

  • On achète ses billets à l’avance et on arrive aussi d’avance.
  • Si on a CAA par contre, on les achète sur place pour avoir un rabais, donc on arrive super d’avance !
  • On note s’il y a un match de l’Impact, car si oui, moins de stationnement et plus de trafic autour du stade olympique.

 

 

* Je sais, je déteste aussi ceux qui donne l’âge de leur enfant en mois. “Mon bébé a 34 mois !” Ben non, ton bébé a presque 3 ans et c’est plus un bébé ! Par contre, je ne me voyais pas dire Coucounette a 1 an, car il y a une méchante différence entre 1 an, 1 an et demi et 1 an 3 quarts. Donc, 21 mois, ça résumait juste trop bien ! Rassurez-vous, dans 3 mois, plus de problème, ce sera 2 ans pendant 1 an, jusqu’à sa fête de 3 ans ! Vous me suivez ? Moi non plus !

 

**Les représentations sont fortement déconseillées pour les enfants en bas de 7 ans et on se fait avertir que si notre petite pleure, nous devrons sortir. Nous avons décidé de prendre le risque. Aucune crainte pour Coco, il a vu bien pire dans les films ! Pour Coucounette, c’est moins sûr. Mais quel est le risque ? Que ce soit fort ? Elle a vu les feux d’artifices directement sur le site de la Ronde plusieurs fois. Qu’on y montre un “orage” ? À son âge, elle n’est pas assez consciente des dangers pour en avoir peur. On a donc pris le risque, sachant très bien que je sortirai si elle se mettait à pleurer (si quelqu’un a peur de déranger dans une salle, c’est bien moi !). Finalement, aucune crainte, elle était absorbée par le spectacle et un beau “Encore !” a résonné bien fort à la fin du film !

 

Maman xxx